La page est en cours de chargement…...
17.10.16
L’âge d’or - Christian Louboutin Automne-Hiver 2016

Rares sont les familles royales dont l’influence continue de rayonner, siècle après siècle. La maison des Tudor, qui révolutionna l’architecture et les codes vestimentaires du 16ème siècle, est de celles-ci. Chritian Louboutin s’est inspiré de la magnificence de ce style pour insuffler à ses nouvelles collections femmes et hommes la splendeur solennelle qui conférait à la Cour son autorité et son attraction.

Les rouges cramoisis Carmin et Orthodoxe, les verts profonds Veronese et Lagune et le royal Purple Pop placent cette nouvelle saison sous le signe de l’opulence. Les matières s’inspirent de l’Histoire et évoquent les fameuses tapisseries Tudor en velours floqués, réinterprétées et modernisées grâce à la découpe au laser. Les ornements font référence au style européen de l’époque : cabochons précieux, studs pyramidaux gravés, cônes facettés et perles semblent tout droit empruntés aux atours du roi Henri VIII et de sa fille, Elizabeth Ière.

La collection traduit l’admiration de Christian Louboutin pour les femmes de pouvoir de l’époque, à la fois féminines et puissantes. Des clous dorés ainsi que des perles ivoire ornent la spectaculaire bride cheville des sandales Tudor Bal, aux talons fetish de 100 ou 120mm. Quant à leurs jumelles, elles attirent tous les regards avec leurs brides en veau velours jaune Cubiste et Purple Pop piquées de studs et de perles aux couleurs acidulées, avec un talon de cuir irisé Python Scarabée. Les majestueuses sandales Tudor 120, juchées sur un piédestal de tissu viennois multicolore, dont les brides ajustables se croisent sur le coup de pied. Imitant les ornements d’une couronne royale, elles sont parées des mêmes détails que les Tudor Bal, auxquels s’ajoute un nœud de cuir nappa piqué de clous sculpturaux, de perles, d’une chaîne dorée et de pierres multicolores. Fleuron de la collection, ce modèle requiert l’intervention de quatre artisans aux savoir-faire spécifiques, avant d’être assemblé à la main - un indice de ce culte que le Vieux Continent continue de vouer aux objets rares et précieux !

Mais voici que la collection se drape de velours, auquel se pique le fameux nœud cousu à la main devenu l’une des signatures de Christian Louboutin ! Impériales, les Tudor Trott 100, Tudor Net 100, Tudor Plate et les souliers Oxford à talons Coleslaw s’avancent, sertis d’un riche tissu viennois cousu d’or, tandis que la pochette Véro-Dodat et les escarpins Tudor Soir 100 luisent majestueusement avec leurs arabesques de velours noir orthodoxe. Les sneakers Tudor Quick Flat s’habillent du même motif pour se fondre avec décontraction dans les garde-robes du 21ème siècle. Nonchalantes, les Mary-Jane Top Street 100 se pavanent avec l’autorité de leur talon bloc gainé de Velours Miaou. A peine plus terre-à-terre, l’ingénue ballerine Tudor Young attire les regards avec ses découpes latérales et l’association de veau velours Lagune et Purple Pop, relevées d’un nœud de cuir noir serti de clous et de pierres multicolores. Du côté des accessoires, la pochette plate Loubiposh en veau velours se pare de clous taillés comme des diamants, de perles et de pierres-cabochon aux tons rouge, bleu et vert. Avec ses trois spacieux compartiments zippés et sa chaîne polyvalente qui lui permet d’être porté en bandoulière ou à l’épaule, l’irrésistible Triloubi rend lui aussi hommage aux Tudors, avec ses spikes aux nouveaux coloris disposés en quinconce. 

Cet automne, les bottes s’invitent jusque dans la chambre à coucher, et révèlent la carnation grâce à des matières transparentes, une autre des signatures de Christian Louboutin. Véritable lingerie pour le pied, les Tudor Boots 120 embrasent les sens avec leur corsage de résille ponctué de clous pyramidaux sur lequel s’entrecroisent des lanières de cuir - leur nouveau talon conique, référence aux silhouettes de l’époque, ajoute à leur majesté. Affolantes elles aussi avec leurs dentelles qui épousent les courbes du corps, les Hotero Strass 100 se déshabillent d’une guipure Purple Pop, dont l’effet est accentué par des gansesen veau velours et d’un délicat laçage à l’avant du pied. Leur talon décoré de strass apposés à la main laisse derrière elles un sillage éblouissant. Armure ou arme fatale ? Praguoise 100 nous conduit des boudoirs royaux à la redoutable Tour de Londres, avec son cuir nappa doré hérissé de spikes ton sur ton de deux tailles différentes. Le clutch Véro-Dodat en Python Cuirasse transforme la peau de serpent brossée en un précieux bouclier aux reflets dorés, tandis que les Barbarevea 100 s’apprêtent à livrer bataille, avec leur tige souple de veau velours carmin bordé de cuir noir, dont les découpes tentatrices dévoilent la peau - la femme qui les porte ne saurait attendre !

Les hommes peuvent quant à eux compter sur leurs Tudor Night Flat pour régner sur les cœurs. Leurs couleurs automnales - Orthodoxe et Lagune - et le sublime effet tapisserie du velours découpé au laser rendent hommage au style Tudor. Une abeille d’or brodée à la main sur les Dandybee Flat semble prendre son envol, tant ses ailes articulées imitent le réel à la perfection. Disponibles en bleu marine et doré, les College de France Flat affichent des motifs sinueux or et argent inspirés des broderies traditionnelles de Cannetille, auxquelles se mêlent les armes de la Maison à la semelle rouge : « Loubi For Ever ». Clin d’œil solennel aux portraits des Tudors et à leurs atours brodés de bijoux, les nouveaux Trictrac se parent d’un pavage de clous pyramidaux et de cônes facettés, une exclusivité dans la collection Homme.

Bousculant les codes traditionnels de l’habit d’apparat, Christian Louboutin insuffle une touche contemporaine à la collection automne-hiver 2016 et redonne vie aux fastes de la monarchie britannique du 16ème siècle. Une nouvelle façon de gagner ses lettres de noblesse…